Statut

Lucky

Lucky

Après ce qui s’est passé à Paris ce 13 novembre 2015, tous les mots semblent devenus dérisoires…

Cependant, continuer à se taire, à laisser faire, à faire l’autruche, jamais je ne pourrais m’y résoudre, et j’ose espérer que vous serez nombreux à me rejoindre dans la voie du rassemblement citoyen qui seule peut désormais éviter à notre communauté de destin de voler en éclats…

Paris, 13 novembre 2015

Paris, 13 novembre 2015

  1 comment for “Paris, 13 novembre 2015

  1. 26 novembre 2015 at 18 h 27 min

    Les réactions et nos comportements après ce vendredi 13 … “journée de la gentillesse” je crois, mettent en relief notre désarroi et pire encore : notre incapacité à contrôler les situations. Notre impuissance face à l’arrivée des migrants, avait fait oublier les précédentes (impuissances) face à la montée de la dette et du chômage. Aujourd’hui, il a suffi qu’un groupuscule de jeunes des banlieues s’organise pour tirer sur des foules insouciantes et exposées, pour que nos politiciens se réunissent en Congrès à Versailles et nous parlent de changer la Constitution, ou d’une Guerre … sans que personne dans la foule n’aie le courage de dire que nous savons tous pourquoi ces jeunes en sont arrivés là !
    Je suis donc sensible à votre Appel pour un Rassemblement Citoyen, mais considère que l’absence d’objectifs bien compris et bien partagés pourrait d’avantage nous diviser : les situations INACCEPTABLES à dénoncer et à combattre, les ACTIONS prioritaires à entreprendre ne manquent pourtant pas … Unissons-nous pour AGIR ensemble !
    Pour ma part, je crois que là où les suicides augmentent, là où des dérives et des révoltes citoyennes se multiplient, il serait bon de ne pas rester lâchement indifférent … car c’est notre immobilisme qui favorise l’extrémisme !
    Pour dire les choses plus simplement :
    – si, se souvenir des premières et timides revendications du jeune Mandela, avant les violences qui ont bouleversé l’Afrique du Sud, ne fait de mal à personne aujourd’hui …
    – … osons alors nous souvenir aussi des premières et timides revendications – il y a plusieurs décennies déjà – de nos jeunes de banlieue, parfois fils de ces “anciens” qui ont cru en nous et se sont sacrifiés pour notre pays : cela ne devrait heurter personne, aiderait à mieux comprendre et ferait du bien à tout le monde !

Laisser un commentaire